Lieux exceptionnels : Pripyat - Auto Reverse

Après avoir lancé un sujet sur notre Forum concernant les lieux abandonnés, une petite recherche  m’a permis de constater qu’une grande partie des photos que l’on trouve sur cette thématique ont toutes la même origine : la ville Ukrainienne de Pripyat.

Tous ceux qui ont eu la chance (et l’inclinaison spirituelle adéquate) de se retrouver dans ce genre d’endroits déserts, la plupart du temps interdits et difficiles d’accès, connaissent ce sentiment étrange, vibrant que procurent ces lieux. Il y a ce quelque chose de profondément romanesque, inexorablement attirant autant qu’effrayant, à errer dans des centres commerciaux, des hôpitaux ou des petits immeubles désaffectés. Personnellement, je me fais un devoir de visiter fréquemment un complexe de maison de retraite déserté depuis des années et composé de six bâtiments. Et il est toujours aussi fascinant d’errer dans des immeubles abritant autrefois des centaines de personnes pour ne retrouver aujourd’hui que murs aux peintures écaillées, meubles avachis et gonflés d’humidité, portes et fenêtres disparues, et végétation ayant repris le dessus sur le bitume des parkings. C’est un sentiment de fin du monde et de non-vie fascinant sous le soleil en déclin, et absolument pétrifiant sous la neige. Il est juste dommage d’être en proie aux risques de se faire suriner ou violer par quelque squatteur ou drogué aux inclinaisons bucoliques.

 

Difficile de parler de “lieu exceptionnel” sans avoir le cœur chargé lorsqu’il s’agit de Pripyat. La ville Ukrainienne fut fondée en 1970 pour abriter le personnel de la centrale de Tchernobyl avant d’être proclamée ville à part entière en  1979. Abritant près de 50 000 personnes, 15 000 appartements, 20 écoles, un hôpital et toutes sortes de lieux culturels et commerciaux, Pripyat est aujourd’hui la “Ville Fantôme” la plus célèbre (et la plus vaste) au monde suite à la catastrophe nucléaire de 1986.

Aujourd’hui, des “séminaires” pour petits groupes sont proposés afin de visiter la ville, la plupart du temps conjointement avec des forces militaires. Je ne peux qu’imaginer l’impression ressentie lors d’une déambulation en plein centre-ville au coeur de l’hiver. Il y en aura surement quelques uns pour penser qu’il faut être à moitié cinglé pour avoir envie de visiter une ville ayant subi les ravages de la radioactivité, mais je dirais que c’est une question de sensibilité personnelle et “d’univers intérieur”. Certains ne rêvent que de voir la Californie ou Paris, d’autres seraient prêt à donner beaucoup pour ne passer qu’une journée à Pripyat ou Dallol.

 

Liens indispensables après les photos ! En espérant que cet article vous ait donné envie d’en savoir plus !

 

 

Crédits photos : la plupart de ces photos ont été trouvées via Google Pics. Les sept premières ont été prises par Gérard Colombat, fondateur d’un site eschatologique. 

 

 

A lire et à regarder absolument si ce sujet vous intéresse :

 

La bataille de Tchernobyl par Thomas Johnson, documentaire vidéo absolument exceptionnel que toute personne devrait regarder au moins une fois dans sa vie, et qui relate les événements liés à la catastrophe de Tchernobyl, avant, pendant et après. Une œuvre d’une densité incroyable, à la fois édifiante et terrifiante. D’une précision, d’un ton, d’une émotion et d’une implication pour le spectateur rares dans un documentaire. L’histoire des Liquidateurs est extrêmement marquante ; les efforts déployés par les autorités (même aujourd’hui) pour camoufler ou minimiser les effets de la catastrophe sur l’environnement et sur les êtres vivants servent de témoin à la stupidité illimitée de l’espèce humaine ; le retour des habitants, pour quelques minutes, dans ce qui fut leurs foyers avant la fusion du réacteur est profondément touchant. Le sentiment de malaise que l’on ressent à la fin du documentaire, bien que muet, reste bien assez éloquent pour que toutes les images et les faits relatés restent en nous durant un long moment.

 

elenafilatova.com : “Je m’appelle Elena. Je m’occupe de ce site Web et je n’ai rien à vendre. Tout ce que je possède est ma moto et la liberté complète de la mener là où ma curiosité et le démon de la vitesse me mènent”. Un beau site perso tenu par une ukrainienne passionnée de moto, dont la principale destination est la Zone Morte de Tchernobyl. Un très beau personnage et surtout le témoignage intime et très touchant d’une habitante de Kiev dont la liberté est la plus grande richesse. “Les bonnes filles vont au Paradis. Les mauvaises en Enfer. Et les filles sur des motos rapides vont là où elles veulent.”

http://www.wirtschaftswetter.de/ausgabe74/landofthewolves.html : un article sur Elena Filatova.

 

Life After People, une série de documentaires de la chaîne History, détaillant les événements qui se produiraient si l’espèce humaine disparaissait, à la fois pour les villes et les structures bâties par main d’homme, mais aussi et surtout pour la nature elle-même et pour les animaux. Une série absolument passionnante et démontrant surtout que l’orgueil placé par l’être humain dans ses réussites et ses accomplissements est bien plus qu’éphémère.

 

http://sv-timemachine.net/2009/04/chernobyl-part-i/ Un beau reportage photos exhaustif, fort bien documenté et commenté, réalisé en 2005 par un couple d’aventuriers (n’oubliez pas la page 2 !)

 

http://voyages.ideoz.fr/tchernobyl-pripyat-chernobyl-tour-tourisme-ukraine/ Une page intéressante remplie de liens traitant aussi bien des moyens de visiter Pripyat que des menaces du nucléaire, en allant jusqu’au jeu vidéo Stalker.

 

 

 

Dans la série des “Lieux Exceptionnels” :

Dans la série des “Lieux Exceptionnels” :

Burning Man Festival

Burning Man 2012Lieux abandonnés

Lieux abandonnés

abandDallol

Dallol

dalBonneville

Bonneville

bonne

  Le Boneyard Project

  Le Boneyard Project

26

 Burning Man Festival 2013

Burning Man Festival 2013

000

 


Une réponse

  1. Romanovski

    C’est comme si cette ville était devenue un symbole inconscient d’une nostalgie de notre enfance, de cet ennemi que l’on craignait mais que l’on respectait. Qu’on le veuille ou non l’accident de Tchernobyl a été le point de départ de la chute de l’URSS et du mur qui le séparait de l’empire capitaliste américain. Pripyat est un peu l’image qui reste de ces souvenirs déchus. Un très bon film sur Pripyat est “La terre outragée” avec la belle Olga Kurylenko (Land of Oblivion)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.