Day boat: histoire du Requin - Auto Reverse

Je n’oublierais jamais l’émotion qui m’a envahie lorsque je l’ai vu entrer, croisant parmi les yacht du port de cannes, ramenant à bon port son propriétaire qui avait l’age de l’avoir vu naître, et son petit fils, ébahi devant tant de grâce. Une fois arrimé, point de lustrage de pont, mais ce monsieur a bien pris soin de replacer ses vieilles tuiles qui empêchent l’eau de pénétrer par une quelconque ouverture de pont sur ce petit morceau de rêve.

Fin, gracile, élancé, le Requin ne vaut guère plus qu’un mois de loyer de la place au port d’une de ces savonnettes contemporaines au bio design torturé qui l’ont snobé lors de son passage.

Pourtant, à l’y regarder de plus près, avec sa ligne basse et volontaire, sa quille longue et sa capacité à trancher les vagues, ce bateau possède un pouvoir: celui d’émouvoir par sa simplicité. Point d’équipage ou de passerelle, point de table ou de mets travaillés, mais un pique nique pris sur le pouce dans une petite crique, pause bien méritée entre après avoir taillé la mer sur ce day boat légendaire.

Né “Haï” en 1930 de son créateur Gunnar L. Stenback en finlande, le requin est un voilier sportif comparable au Dragon. Il mesure 9,60 M hors tout et 6,6 M à la flottaison pour un tirant d’eau d’1,1M et un maître beau de 1,9M. L’ensemble pèse 1,850 tonnes dont une tonne de lest.

Avant d’être équipé de sa voilure définitive de 25M², les tout premiers modèles devaient se contenter de 19M².

C’est originellement un bateau en bois, remplacé petit à petit à partir de 1974 par une version en polyester, créée sur les plans du chantier Pouvreau.

Malgré ses origines Finlandaises, il faut le reconnaître, le Requin est un monument français:

– Il a longtemps été le navire de régate de la marine française

– La plus grande flotte de requins au monde se trouve à Noirmoutier

– Les plans sont, depuis 1948 la propriété de l’AFPR, l’association française des propriétaires de requins

– La majorité des bateaux fabriqués proviennent du chantier français Pouvreau, qui s’est même permis de modifier légèrement les plans de coque, en rallongeant légèrement celle-ci par l’ablation de la tonture du pont, simplifiant par là même la construction.

L’intérieur est équipé de couchettes et d’un aménagement minimaliste mais qui permet d’en rendre l’utilisation confortable.

A la barre, le bateau est léger et agile du fait de sa faible largeur. Bien entendu, avec ce type de carène, c’est au près qu’il brillera.

Humble, facile à transporter car remorquable, pratique, sporitf et plein de charme, le Requin fait donc partie de notre top liste des objets à posséder dans une vie…

Bateau de faible valeur (environ 12000€) il n’est pas rare d’en croiser, abandonnés, au fond d’un port, attendant d’être découpés pour partir à la casse. Personnellement, je fouille dans tous les ports afin d’en trouver un qui m’attende…

..

..

..

..

..

..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.