MGB GT,

Élitiste.

lt-5v

C’est ainsi que vous aimez vous qualifier. Bien entendu, vous n’êtes pas quelqu’un de pompeux, mais vous éprouvez une certaine fierté en pensant que votre culture et vos goûts vous différencient grandement de l’ignoble foule qui écoute Christophe Maé et roule en Mégane diesel. MGB GT

Vous n’avez pas d’Iphone, vous préférez vous emmerder avec un Windows phone et vous écoutez du post rock sur des 33 tours à l’aide d’une platine verticale Mitsubishi. Vous snobez les Audi et autres panzers allemands, vous méprisez les Hipsters, vous conchiez les émissions de télé réalité et vous refusez de prendre le bus.

En automobile ancienne, vous honnissez les amateurs de Spitfire, d’Alpine ou de MGB GT. C’est vrai enfin! A chaque rassemblement (que vous fuyez justement) ce sont des dizaines de ces autos qui en jalonnent le parking. Il faut dire, la MGB a seulement été détrônée dans les années 90 de son titre de voiture de sport la plus vendue du monde par l’ignoblement populaire Mazda MX5. Un peu d’originalité que diable!

Comme la petite Mazda, elle doit ce succès à son manque de parti pris prononcé:  Elle n’a pas le châssis séparé délicat comme un groupe de métal polonais de la Triumph TR4, elle n’a pas les extravagants ailerons de la Sunbeam Alpine, elle ne prend pas 8000trs/min comme une S800 et n’a pas le double arbre chantant d’un spider Alfa. Non, lorsque la MGB est présentée il y’a 50 ans, elle se garde bien d’innover. Albert Sydney Enever et John Thornley se sont largement inspirés de l’Aston Martin DB2/4 pour emballer cette caisse monocoque et y loger un 1798 cc3  agricole, un essieu rigide, des amortisseurs à levier Armstrong et quatre boutons sur une planche d’acier en guise de tableau de bord.

Pour résumer son histoire, la MGB connaîtra trois grandes étapes au cours de sa carrière qui se terminera dans les années 80. La pull handle des origines, avec moteur trois paliers et boite de vitesses à 3 synchros laissera sa place en 1964 à un modèle 5 paliers et 4 synchros. La MKII de 1967 se reconnaît à ses buttoirs de pare-chocs recouverts en leur centre d’une bande de caoutchouc et au plastique des feux AR est un peu plus large. L’intérieur gagne un nouveau volant à branches rigides et une console centrale.

1974 verra la voiture gagner de la hauteur pour que ses phares parviennent à éclairer aux USA (norme ridicule qui donnera néanmoins naissance aux pop-up). A la toute fin 74 naîtra celle que l’on appelle la RB: Rubber Bumper, doté de lourds pare chocs et d’un tableau de bord en plastique. mgb gt

 

 

MG B GT CUT AWAY

L’idée d’une GT est arrivée rapidement après la commercialisation du roadster. Mais suite à plusieurs tentatives plutôt infructueuses, c’est vers Pininfarina que MG se tournera pour trouver la solution: Le pare brise est rehaussé, un toit descend en pente douce sur un hayon à l’arrière de l’auto.

La MG B GT est commercialisée en 1967, dans le détail, pratiquement aucun emboutis n’est commun avec le roadster! De plus, l’intérieur un peu plus cossu et le toit ajoutent 100 kgs à une auto qui n’était pas vraiment légère.

Mais la GT apporte son lot d’avantages: le hayon dégage une large ouverture sur un plancher plat et une banquette rabattable -qui ne fait cependant que 22 centimètres de haut- tandis que la ligne gagne en caractère ce qu’elle perd en pureté.

Le modèle orange essayé date de 1973. Si une chose a vraiment suivi le cours du temps, c’est le nuancier MG. Des couleurs basiques Blanc, Bleu, Rouge… du départ, la MG est passée par le Harvest Gold, le Mint Blue, plusieurs sortes de orange, mais aussi violet, jaune… Et l’intérieur se mettra au diapason: vinyle, vinyle / velours, velours ou toile rayée.

 

 

La MGB GT est belle

 

 

.

Posée dans la rue, on a du mal à apprécier son gabarit. 3,89 mètres de long, 1,52 de large et 1,25 de haut. On se prend à regretter cette époque ou l’habitabilité et les normes de crash test n’étaient pas aussi présentes: Le porte à faux avant est inexistant, le capot est long et rejette l’habitacle sur les roues arrières. La ligne est droite, tendue et se termine sur des moignons d’ailes, résidus des rêves de voitures volantes des années 50.

Garez la à côté d’une Porsche 912 et la différence vous sautera aux yeux: les roues de la Porsche sont centrées autour de l’habitacle, elle est toute en hauteur quand la GT n’est que longueur.

 

L’habitacle vous fera garder la ligne

 

.

Oubliez tout ce que vous pensez savoir d’une voiture anglaise, vous avez autant de chances de trouver du cuir et du bois dans une MGB que de réussir à obtenir le contrôle technique du premier coup. La petite porte donne accès à un habitacle réduit, le volant touche presque le siège et il vous faut suivre un ordre précis pour vous installer: jetez une jambe à l’horizontale sous le volant tout en vous laissant tomber sur le petit siège en velours côtelé. Il ne vous reste plus alors qu’à rentrer l’autre jambe et fermer la porte qui va venir écraser votre coude et le faire cogner violemment contre vos côtes. Votre épaule droite bute dans  la portière et votre flan gauche est coincé contre le tunnel de transmission. Mais cela a un avantage: La voiture elle-même vous sert de baquet là ou ses malheureux sièges plats vous auraient interdit toute velléité sportive.

Même en étant assis un peu haut, la position est excellente: le volant vertical près du torse, jambes tendue… Toutes les commandes se trouvent dans l’axe du conducteur et le petit levier de vitesses est idéalement placé devant votre coude. Le velours bleu marine des sièges est beau, épais et d’une étonnante qualité. La planche de bord noir vermiculée est polie par les mains des précédents utilisateurs qui ont ouvert à répétition la petite boite à gants, certainement pour y trouver quelques outils.

Le tableau de bord affiche peu de commandes, disséminées ici et là.  Les basculeurs en bakélite sont de bonne qualité et au bout d’un moment, on finit par trouver le tout plutôt ergonomique. En regardant dans le détail, il comporte son lot de défauts: la banquette arrière ne peut accueillir que des nains cul de jatte, et encore, sur de courts trajets, la moquette est épaisse comme un tee shirt H&M, le plastique de la console centrale a servi de modèle à Lada pour la Niva. Les symboles sur les boutons vous empêchent d’en comprendre le fonctionnement. Le chauffage ne correspond à rien: en tournant la molette, il est impossible de savoir si on est fermé, en dégivrage ou en… et puis, il y a ce levier sous le tableau de bord: on peut le tirer, le pousser, mais quoi qu’il arrive, il ne se passe rien. Pour avoir démonté un chauffage de MGB, je peux vous l’affirmer: je ne sais toujours pas pourquoi un pervers a eu l’idée de mettre ça là.

On retrouve l’odeur typique de voiture anglaise à base d’huile, de vieille essence et de rouille qui va marquer vos vêtements pour la journée. Enfin, en hiver, l’habitacle est pétrit de courants d’air et de fuites d’eau. Il est donc impossible de maintenir une température corporelle normale sans avoir recours à des solutions exogènes: doudoune, gants, slip en laine… Résultat: une fois la porte fermée, on ne distingue qu’un manteau écrasé contre une vitre dans l’habitacle.

 

Voiture de sport!

 

.

Arrive le moment de démarrer: la clé se loge sur la colonne de direction, à mi distance en profondeur entre le volant et les pédales. Si vous avez un porte clé, il gigotera en permanence dans vos genoux. Pour parfaire le tout, le frein à main est contre votre cuisse droite gauche et va la griffer durant tout votre trajet.

Il suffit de tirer légèrement le starter, accéder à la clé de contact, démarrer et… c’est le bordel: toute la caisse se met à vibrer, le moteur lui même émet un bruit difficilement qualifiable fait de basses et… de vibrations. Un expert en MG à dit

“Une MGB GT, ça peut être silencieux, il suffit de serrer toutes les vis…”

La voiture se balance de gauche à droite au rythme des hoquets de sa mécanique. La pédale d’accélérateur est sensible, l’embrayage est étonnement souple et la commande de boite permet de sentir tous les mouvements de ses pignons en opposant une certaine réticence. Enfin, il n’y-a qu’une seule solution pour enclencher la marche arrière: la violence.

L’ensemble se meut avec une étonnante légèreté: le moteur ne force jamais. C’est connu: moteur anglais, longue course, culbuteurs et carburateurs SU = Nonchalance.  Mais ici, il est plutôt volontaire: il monte avec force dans les tours sur tous les rapports, reprend à très bas régime. On n’utilise finalement que les troisièmes et quatrièmes rapports, et l’overdrive, juste pour le plaisir.

Le bruit sourd et omniprésent s’apparente plus à celui d’une vieille Norton qu’à une voiture. On y prend goût et on finit par s’amuser à baisser les fenêtres en passant sous les tunnels, seul endroit ou la résonance des basses de l’échappement arrive à couvrir le cliquetis des soupapes.

Ballotté de droite à gauche par les mauvais revêtements, les oreilles qui sifflent à cause du bruit, un sourire fini cependant par se pointer: le moteur, très reculé et la suspension très classique confèrent à la voiture une tenue de route équilibrée. Bien sûr, comme toute vieille anglaise, sa suspension raide ne l’empêche pas de prendre du roulis au moindre virage, mais jamais la MG ne sous-vire, jamais elle ne vous tend de piège. Le train arrière demandera bien son indépendance de temps en temps, juste pour rappeler que vous conduisez une propulsion, juste pour vous faire plaisir et vous laisser croire que vous êtes un as…

 

La MGB GT va vous inculquer anticipation, humilité…

 

.

0 à 100 en 11 secondes, vitesse max de 170km/H, ce sont les performances d’une Fiat Panda d’entrée de gamme. Dans les années 60, c’était suffisant pour déposer tout le monde. Mais tandis que l’ESP, la direction assistée et la plupart des gadgets permettent au conducteur de la Panda de tenir son auto avec indolence, vous, vous devez vous battre. Vous battre avec les freins, qui ne sont pas mauvais mais pas bons. Vous battre avec la direction, qui est précise mais qui aura vite raison de vos bras sur les petites routes. Avec l’overdrive, qui vous oblige à lâcher le volant si vous changez de vitesse en même temps. Ici, le sport, c’est derrière le volant. Et vous y prenez tellement de plaisir que vous vous fichez de ce que pensent les passants qui croisent, lentement, une petite voiture basse, bruyante, qui penche dans les virages et sautille dans les bosses.

 

…et la mécanique.

 

.

Le coffre est grand. C’est une bonne chose. Il dispose surtout d’une quantité incroyable de place autour de la roue de secours. Elle sert à loger la caisse à outils, l’extincteur et toutes les pièces détachées nécessaires au bon déroulement de vos escapades ainsi qu’à la longévité de votre vie de couple: le coup de la panne, ça ne marche que les premiers mois, et encore, les mains propres.

Je ne vais pas vous dire que la MGB n’est pas fiable. Ce n’est pas vrai. Sa conception est robuste et sa mécanique peu poussée. Mais elle a quarante ans et elle n’a jamais été ménagée. Comme pour accroître ce mal être, les sources d’approvisionnement de pièces détachées ont beau être nombreuses et fort économiques, leur qualité est plus que douteuse. Vos principales pannes découleront souvent de ce manque de qualité. Tant mieux, vous savez maintenant changer un jeu de vis platinées en 18 secondes sous la pluie, au bord de la route, vous maîtrisez parfaitement la purge de la commande d’embrayage hydraulique, vous savez rapidement solutionner une fuite de liquide de refroidissement occasionnée par la rupture de la commande de chauffage…

.

 Vous allez vous familiariser avec la rouille

 

.

Défaut principal de la GT, elle est soluble dans l’eau. Les nids à rouille sont partout: tours d’ailes, jointures d’ailes, tour de pare brise, plancher, bas de caisse, longerons, tours de phares, ancrages de suspension… La seule solution est de reprendre la carrosserie tous les cinq ans et de la faire dormir au chaud le plus souvent possible.

Maintenant que vous êtes prévenus, sachez que si vous en achetez une vous ne pourrez vous empêcher de rouler tous les jours avec: En  plus de son tempérament de voiture de course à la retraite, on peut y caser un zodiac et son moteur, deux planches de surf, des bagages féminins et avec suffisamment de synthol, on pourrait traverser la France d’une traite dans un inconfort total.

C’est la grande qualité de la MG B GT: elle est capable de tout, même si elle le fait mal.

Ainsi, fidèlement elle m’a accompagné dans tous les passages de ma vie et à chaque moment difficile, elle a été une source d’emmerdes supplémentaires. Mais lors de nos escapades clandestines, au soleil couchant, avec un paquet de Dunhill planquées dans la boite à gants aux côtés d’une 1664 de station service, nous partons comme deux vieux amis. Chaque petite route escarpée est un prétexte pour la faire rugir, chaque point de vue une occasion de laisser refroidir ses ardeurs. Et chaque seconde qui passe ou nous sommes ensemble est une seconde qui marquera à jamais ma vie: La MGB est très loin de l’image aseptisée qui lui est facilement prêtée. C’est une auto qui a du caractère, facile et difficile à la fois.

Aux côtés de cette bonne vieille 403 pick up et après plus de dix années de service, elle constitue certainement l’une des meilleures automobiles anciennes possible: belle, performante, fiable mais bourrée de petits défauts, juste histoire d’épicer un peu votre quotidien.

 

 

MG B GT Primerose

MG B GT Silver blue metalic

La MG B fête ses cinquante ans cette année, ajouté au fait que l’on trouve de plus en plus difficilement de RHD an fin de vie, la côte commence à croître. Une belle MGB GT de 68 ou 69 s’échangera donc pour 14 ou 15 000 € tandis qu’un modèle passable démarre à 4 000€.

 

MG B GT AQUAMG B GT BLAZE

La mécanique étant indestructible, c’est la corrosion qu’il faut surveiller: La MGB est une monocoque de conception complexe.
Ci contre, un panel des couleurs les plus originales du nuancier de la British Leyland.

 

.

MG B GT BERMUDA BLUEMG B GT BLACK TULIP

Liens: Site perso extra sur la MGB: Le chêne et le gland, Malachite Gold, L’incontournable forum MG ContactMoss Europe pour les pièces détachéesEssai de la MGB GT V8 par l’automobile sportive et un spotting du Blenheim Gang

 

MG B GT JUBILEE

MG B GT LE

K

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Raisons objectives de rouler en MGB GT
Bon copain, la MGB GT vous accompagne partout: elle fait tout, tout en étant adaptée à rien.
Traçabilité (Fuites divers)7.5
Odeur6.5
Ambiance9
Personalité6.6
Endurance8.5
Mojo6.5
+ Good thrill
  • Tenue de route
  • Caractère mécanique
  • Bruit
- Bad thrill
  • Rouille
  • Bruits
7.4Note Finale
Note des lecteurs: (38 Votes)
7.4

22 Réponses

  1. Theo

    Merci pour cet article, depuis la première fois que je l’ai lu, de l’eau a coulé sous les ponts, mon rêve est devenu réalité et me voilà maintenant en MGB GT quelques galères mais surtout du bonheur ! Quel plaisir d’avoir l’auto de mes rêves près de moi, de la démarrer, de cruiser à 90/100 au bord de la mer, de m’amuser sur les petites routes, d’entendre son vrombissement si exaltant !

    Répondre
  2. PRAT

    J’ai fais l’acquisition d’une MGB GT de 1970 il y a 2 ans maintenant. Je roule beaucoup sans aucun soucis, je l’ai mise en vente pour acheter quoi…………Une BGT V8

    Répondre
  3. Géraldine

    Je pensais encore hier soir, avoir trouvé la voiture de mes RÊVES, et partageais avec mon conjoint cette bonne nouvelle avec un enthousiasme débordant, lorsqu’en bon scientifique, sérieux, abonné au scenic familial, il me répondit : “si tu es prête à gérer le lot d’embrouilles associées à l’achat d’une voiture ancienne, alors c’est jouable !”
    A noter: il a quand même dit “c’est jouable” !
    Ce qui rejoint finalement le contenu de votre formidable article (vraiment drôle au passage !)… Je sais à quoi m’attendre ! En revanche, une question reste en suspens, la réponse dépend bien sur de l’état initial du véhicule mais quel budget pensez-vous être nécessaire à l’entretien de ce type de voiture (hors gros casse…) ?
    Mon idée de départ était de carrément remplacer mon berlingot en cours d’obsolescence programmée (saleté d’électronique), par la MGB et rouler tous les jours avec.

    Répondre
    • Hugo
      Hugo

      Une MGB est une bonne auto. Elle fait partie des anglaises fiables. Le budget d’utilisation, pour une auto saine, n’est pas très élevé.
      Je roule tous les jours avec la mienne, j’ai donc une idée précise de la chose:

      L’entretien courant:
      – Montez un allumage électronique, type 123 ignition (environ 300€ monté) et vous éviterez toutes les pannes type allumage.
      – Il lui faut une vidange tous les 5000 kms avec filtres à huile, très important pour maintenir une bonne pression d’huile. L’huile utilisée par la B est de la 20w50, c’est à dire, la moins chère. La vidange vous reviens donc à une cinquantaine d’euros.
      – Les pneus s’usent peu, vous pouvez envisager 30 à 40000kms avec un trains de pneus. La taille 165/80/14 se trouve facilement sur internet au prix de 65€ pièce.
      – En prévision des pépins qui arrivent toujours à une anglaise (changement des amortisseurs, bêtises électriques, corrosion à reprendre…) il faut budgéter environ 700€ par an.

      L’usage:
      C’est là que la MGB fait la différence avec une auto moderne…
      – Consommation: rarement en dessous de 10 litres sur nationale et 15 litres en ville.
      – En raison de sa carrosserie fragile et de sa propension à prendre l’eau, vous devrez envisager de la stationner dans un garage, il faut donc ajouter une centaine d’euros par mois pour la location.

      Cependant, l’avantage est que l’auto ne se déprécie pas: vous l’achetez 10 000€, vous la revendrez au moins pour ce prix contrairement à une auto récente dont l’achat mène à une perte sèche…

      En tout cas, sachez que c’est un chouette projet!

      Répondre
  4. Elisabeth

    J’ai lu votre article quelques jours avant de réceptionner mon MG Bgt …. Cela m’a beaucoup amusé et conforté dans le choix que j’avais fait. Cela fait maintenant un mois que je découvre ma voiture à chaque sortie … et ce n’est que du bonheur ! A chaque sortie elle me joue des petits tours qui font que je l’apprécie d’autant plus…. Nous allons apprendre à nous connaître et tant mieux. Nous allons former un “sacré couple” ! Par contre je trouve qu’elle boit plus que moi et cela n’est pas normal !!!

    Répondre
    • Hugo
      Hugo

      C’est une auto sympa, effectivement, les petits soucis font partie du voyage 🙂
      Pour la consommation, tout dépend des réglages, en général, la moyenne s’établit aux alentours de 11 / 12 litres aux 100. On peut tomber à 8 en roulant sur la nationale à 90 et monter à 17 en ville. La mienne a beaucoup baissé avec le montage d’une allumage électronique.

      Répondre
  5. Vincent Dransart

    Bravo pour votre article qui sent le vécu. Un peu méchant quand à l accessibilité .
    Je suis propriétaire d’une 1968 depuis 40 ans et la je viens de terminer la réfection d une 1972 pour mon amie.
    Entre temps j avais prépare une 1976 pour un Rallye au Maroc.
    C est une auto dont on tombe amoureux (comme toutes les MG) à qui on pardonne tous les petits défauts. Si elle dort dehors au bout de 50 ans et oui elle rouille mais beaucoup moins que les marques transalpines de la même époque.
    Alfetta ,Lancia fluvia et autres Fiat …..
    Le moteur est pépère mais coupleux et très agréable à utiliser sur petites routes sinueuses.Pour ma part j ai fait de longs voyages en BGT sans ressentir de fatigue particulière : 12 h à son volant ne me fait pas peur le Webasto ouvert ,des sièges refaits (nouvelle mousse) ,des amortisseurs en bon état confèrent à la voiture un confort agréable : rien a voir avec d autres marques anglaises Lotus, Morgan où le constructeur a délibéraient choisi la tenue de route au detri

    Répondre
  6. luc

    Je viens d’essayer une mgb gt modèle 74 ; au bout de quelques kilomètres , il faisait très chaud dans l’habitacle ,chauffage éteint . Le vendeur me dit que c’est normal .Rouler en été doit être pénible . Ce détail me fait hésiter à acheter cette mb . Puis je avoir des avis , merci .

    Répondre
    • Hugo
      Hugo

      Oui, il fait chaud dans une MG B l’été. Résultat: Vous êtes obligé de porter des vêtements légers qui nuisent à votre élégance habituelle et les gens pensent que vous vous êtes fait courser par une meute de caniches sur 8 kilomètres lorsque vous sortez, trempé et essoufflé de l’auto.
      Voyez les bon points: Votre compagne est elle aussi obligée de porter une tenue légère et, il faut bien le dire, elle est plus douée que vous dans cet exercice et vous bénéficiez gratos d’une séance de sauna dans un appareil transportable et ultra design.

      Toutefois, bien entendu ceci est totalement subjectif, la chaleur est loin d’être insupportable. C’est une caractéristique que vous retrouverez dans toutes les autos de ce type: basse, moteur reculé, propulsion. La mécanique “traverse” l’habitacle et les isolants de l’époque sont d’une qualité moyenne, qui s’est de surcroît désagrégée avec le temps.

      Une auto ancienne n’est pas exempte de défauts, mais il constituent une partie importante de ce qui vous lie à elle.

      Hugo // Auto-Reverse

      Répondre
  7. Olivier

    Bonjour,
    Bravo pour l’article très sympa, très objectif, et qui sent bien “le vécu” !
    Mon experience est la suivante. Je possède une Mgbgt de 1973, achetée d’occasion en 1985 (pour 20000 francs). C’était déjà une voiture considérée comme vintage en 1985. Je m’en suis servi tous les jours pendant 7 ans et elle couchait dehors, puis voiture de société aidant, elle est devenue ma compagne du week-end (mais jamais plus sous la pluie).
    Un échange standard du moteur a été fait des le premier jour (culasse fêlée). Depuis c’est 75000 km de pur bonheur de parcouru, avec toujours le sourire aux lèvres ! Le véhicule totalise donc 180 000 ou 280 000 km, impossible de le savoir, tant l’ensemble vieillit très bien.
    Au niveau des frais, un joint de récepteur d’embrayage, une pompe à eau, un servofrein, une réfection du démarreur, deux commodo de phares, un échange standard des amortisseurs avant et …… C’est tout !
    De mon côté, le chauffage fonctionne parfaitement, conduire en Tshirt l’hiver est donc possible.
    Concernant les performances, il y a un certain manque de vigueur sur les intermédiaires, c’est certain, car le moteur manque toujours d’un peu d’enthousiasme dans les tours. Par contre les reprises en 4ème sont surprenantes. Calé à 80km/h, puis en appuyant jusqu’à obtenir deux fois cette vitesse, j’ai vu beaucoup de voiture rester derrière, mx5 comprise (même en jouant de la boîte sur cette dernière). C’est loin d’être une voiture de course, mais sur départementales il est possible de tenir une très très bonne cadence sans jamais toucher au levier de vitesse (mais il faut alors éviter impérativement les nids de poule) On ne s’en lasse pas ! Safety fast,

    Répondre
  8. Franks

    Excellent ton article! Très réaliste.
    Moi aussi j’ai craqué.. j’ai une MGB GT de 68 dans son jus d’origine en très bon état, longerons sains, avec une “refresh” peinture faites par l’ancien proprio Anglais.. hum… Rouge, intérieur cuir et moquette rouge en bon état, je l’adore. Je suis allé la chercher à Londres et l’ai ramené d’une traite soit 14h de route non stop à 60 Mi/h env. je ne voulais pas la brusquer et j’ai fait durer le plaisir.. A part le capot qui s’est ouvert dès la sortie de Londres (il était mal fermé..) et la jauge à essence qui s’est endormie sur le matin (c’était une cosse abimée.) je n’ai eu aucun soucis (ce qui m’a un peu étonné mais bon).
    Un grand moment de bonheur que ce 1er voyage; on s’attache très vite à cette petite bestiole et je pense aussi que c’est pour la vie, impossible à revendre!
    Je l’ai depuis 1 an, je roule très souvent avec (à la moindre occasion en fait..) et aucune panne à ce jour, rien, queudalle!
    Que du plaisir, je lui change ces pièces qui semblent abimées et risquent de lâcher et un entretien maison, vidange Castrol classique etc. Le seul défaut c’est effectivement la “banquette” de spartiate.. 1 enfant 1.20m max. Pour ceux qui souhaitent en acquérir une; se méfier de la rouille: un peu c’est normal, mais trop et aux mauvais endroits, genre longerons etc attention!! (souvent cachée par du blaxxon).
    Pour finir: c’est une machine classe, robuste, fiable, économique, que du plaisir sans gros risque de perdre son permis!

    Répondre
    • Hugo
      Hugo

      Merci beaucoup!

      La rouille progresse de manière incroyable sur ces pauvres autos. C’est peut être ce qui la rend attachante: elle est robuste et fiable tout en étant emballée dans une coque éphémère!

      Répondre
  9. Dominique

    C’est drôle et bien écrit.
    Problème: ça me donne encore plus envie d’en acheter une .
    Encore bravo pour ce reportage.

    Répondre
    • Hugo
      Hugo

      Dominique, si je peux vous donner un conseil, sincère. FAITES! Courez vous acheter une MGB, prenez juste conscience du risque encouru: vous ne vous en séparerez jamais, en toute mauvaise foi, c’est la meilleure auto qu’il m’ait été donné de conduire.

      Répondre
  10. Lambert

    Je partage ce point de vue en tout point, car il s’agit vraiment du quotidien en MG b-gt et c’est au delà des quelques tracas formateur qu’elle t’apporte, une voiture absolument fantastique tant au niveau de la philosophie que tu développe en la possédant que du point de vue terre à terre du passionné soucieux de continuer l’aventure avec elle!

    “Mon auto est fantastique, c’est une MG b-gt rouge de 78´”

    Répondre

N'hésitez pas à nous laisser un commentaire!