Au début, la chose paraît incroyable: un centre d’essai Michelin? Abandonné en plein milieu du Var? Enfin, quelqu’un aurait été au courant non?

Avec quelques recherches, la presse en parle légèrement: En 1990, Michelin a décidé d’ouvrir son cinquième centre d’essais européen en plein coeur du Var: le CERV.

Amateurs d’acronymes, ne cherchez pas trop: c’est le Centre d’Essai et de Recherche du Var. Michelin explique avoir choisi cet emplacement pour la douceur du climat et pour la proximité d’un centre urbain: St Tropez. Chose étonnante car St Tropez n’est pas à proprement parler une ville… Il n’y-a ni aéroport, ni train, pas même une sortie directe d’autoroute. St Tropez n’est qu’un lieu touristique inaccessible en forte saison et riche en péquenauds qui se baladent en tongs et portent polos au col relevé, mangeant des tartes à la crème tout en traquant la Starlette éphémère qui passe ses vacances dans la cité Estivale.

En 1992, sur une zone protégée et non constructible dans le Cannet des Maures, Michelin achète 300 hectares de forêt, puis 375 supplémentaires en 1993. Une étude sur l’impact écologique de cette implantation est réalisée… par Michelin, sous le nom “Ecosphère”. Si les résultats semblent satisfaisant pour l’entreprise, de nombreux lobbies écologistes vont crier à l’infamie. Le gouvernement va prendre part au débat en faveur des protecteurs de l’environnement et Michelin se verra finalement obligé de troquer ses 675 hectares de chênes liège au bord de mer contre 300 de genêts scorpions au nord du département.

En 1997, l’entreprise se lance finalement dans les travaux. Les premiers circuits seront destinés à tester les nouveaux pneus verts portés sur deux types de pollution: les bruits de roulement et la consommation de carburant.  5000 M² de locaux techniques sont censés suivre.  En parallèle, les municipalités environnantes et le conseil général financent la voie d’accès du site: 2,7 Millions d’euros. Pour une route.

Une villa provençale issue d’un  ancien domaine viticole est encore sur la propriété. Michelin la rénove avec pour objectif d’accueillir les cadres en déplacement sur le CERV.

Puis, en 2002, alors que les infrastructures n’ont pas encore servi, Michelin ferme le centre: crise, restrictions budgétaires mais aussi, un projet qui a mis 10 ans à se concrétiser et qui a pris du retard sur le marché.

Nous partons en recherche du lieu.

Google Maps s’avère un parfait allié dans l’opération:vu du ciel, on distingue parfaitement un ovale d’une dizaine de kilomètres, y jouxte une grande ligne droite de 5 kilomètres. Afin de vous rapporter des photos de qualité, nous n’hésitons pas devant ce sacrifice ultime: faire tourner notre 4CV sur l’anneau de vitesse.

L’itinéraire comporte une cinquantaine de kilomètres de routes vallonnées pour se rendre au centre d’essai.

“Tu veux conduire?”

“Franchement… NON”

Mon acolyte, pourtant passionné d’automobiles ne semble pas sensible aux charmes rustiques de la petite populaire française. L’auto elle même semble rétive: Sa batterie a rendu l’âme et mon copilote devra sortir une batterie de secours et ses câbles pour redonner vie a cette médiocre mécanique à chaque fois que je calerais. Les trois premiers coups, il a coopéré avec nonchalance, puis il s’est mis à douter de mes qualités de conducteur.

Une fois lancés, mis à part les bruits divers et la chaleur, tout semble se passer correctement. Pour résumer ces 50 kilomètres de route en 4CV, nous avons perdu un enjoliveur, sous-viré dans un virage à 30km/h et finalement découvert des trappes d’aération sous le tableau de bord qui ont largement contribué à abaisser la fournaise à l’intérieur de cette terrible auto.

Nous faisons une halte dans le village qui jouxte le domaine de Michelin.

La plupart des habitants de la bourgade ont au moins fait une pointe de vitesse sur ce fameux anneau ovale,  les plus téméraires en ayant même profité pour rapporter des souvenirs…

Notre périple touche bientôt à sa fin. Sur une perpendiculaire de la route nationale, une large route, neuve, envahie par la nature, s’enroule autour de collines vierges et nous même droit au CERV. Nous y trouvons porte close: le lieu n’étant plus une surprise pour quiconque, Michelin a décidé de sécuriser l’accès à l’ovale.

Les photos glanées sur Internet nous montrent un anneau qui a été détruit en découpant de large bandes d’asphalte. On y aperçoit encore des traces de pneus des quelques chanceux qui ont réussi à accéder au circuit en ayant la bonne idée de prendre une vraie voiture. L’anneau est peu large, il est prévu pour une seule auto. A coté de l’anneau, une ligne droite de 5 kms dans le même état.

Plus loin, les lieux destinés à recevoir les bureaux semble avoir été restaurés afin de donner le plus de conforts aux habitants: cuisine, salon, salle à manger, cheminée, terrasse, tandis que peu d’espaces ont été réservés aux bureaux: 3, peut être 4. Bien sur, depuis, tout a été vandalisé. Ce qui est incroyable, c’est qu’il ne semble plus rester de traces de Michelin: pas un calendrier, pas une facture au nom de l’entreprise.

Dans les hangars à proximité, une chaise devait servir de lieu interrogatoire aux yakuzas varois. Autour, des centaines de carottes de pierre jonchent le sol.. Enfin, au bout du hangar, une porte a été murée et dévoile un mobilier entièrement détruit.

La ville ne s’est pas étendu sur les projets concernant ce lieu. Aujourd’hui il est encore la propriété de Michelin…

10 Réponses

  1. Manon Dir&me

    Est ce que ce lieu est gardé, ou on peut y accéder facilement ? Et, est-il toujours dispo pour de l’urbex?

    Répondre
  2. Tom

    Comment avez reussi a rentrer la voiture sur le circuit sachant que le site est cloturé et gardé par des chasseurs ?

    Répondre
    • Hugo
      Hugo

      Tom,

      Pour répondre à votre question, il faut un peu de discernement:
      – Tout d’abord, chasseur et “gardien” sont deux choses différentes. Un chasseur chasse, un gardien garde. Donc, en ce qui nous concerne, un lieu entourés de chasseurs ne signifie pas qu’il est gardé.
      – D’autre part, qu’est ce qui vous laisse penser que nous sommes entrés sur l’anneau? Quand bien même, comme écrit dans l’article, celui ci est barré de saignées d’une profondeur et d’une largeur de 50 cm, tous les dix mètres. Nous sommes venus en 4cv, or, au regard de cette contrainte topographique, le seul véhicule approprié eut été un char Leclerc, ce qui aurai posé quelques problèmes sur la chaussée publique…

      Ben cordialement,

      Hugo

      Répondre
    • Hugo
      Hugo

      Bonjour,

      Malheureusement, nous n’avons pas beaucoup d’adresses de ce type. Cependant, une rapide recherche sur internet vous donnera entière satisfaction.
      Bonne chasse!

      Hugo

      Répondre
      • Pierre

        Bonjour,dans quelle coin du Var ce situe cet endroit?

      • Hugo
        Hugo

        Hua ha!
        Partie intégrante du plaisir de l’exploration d’un lieu discret, la recherche qui précède attise la curiosité et détourne l’inopportun incapable de mener son projet à bien.
        Nous nous sentirions coupables de vous priver de ce sentiment d’autosatisfaction!

  3. Auto-radio GPS

    Ça me rappelle les films d’horreur américains. Je sens qu’en entrant là-bas on pourra écouter les bruits des moteurs de voitures qui occupaient le centre d’essais avant. Bref, il faut dire que c’est un endroit à visiter pour apprécier son échelle et provoquer un peu son imagination. Merci, pour ce sujet fascinant !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.