Nous n’aurions su être aussi immodérés, mais puisque ça vient d’un blog sérieux, cette phrase doit être véridique:

“Les conducteurs de décapotables
sont plus intelligents”

Pourquoi donc ne pas profiter de la douceur de l’hiver pour goûter aux charmes d’un cabriolet de collection? Sur la route qui vous mène chaque jour à perdre du temps pour gagner de l’argent, ne seriez-vous pas plus heureux munis d’une chapka, l’air suprême tandis que vous maîtrisez une énième dérive de votre auto découverte glissant sur les routes définitivement enneigées au milieu de mornes monospaces diésélisés?

Pour que chacun de vos trajets devienne un enchantement, auto reverse vous propose de commencer l’année à découvert avec un guide d’achat de cabriolets de collection totalement inadaptés à la circulation hivernale et donc, indispensables:

.

.

4- Triumph Vitesse convertible: Instable et rapide

 

La Herald et ses dérivés font partie de ces petites perles du marché de l’automobile ancienne qui n’ont jamais vraiment été révélées… Présentée en mai 1962, sur la base de la Triumph Herald, la Vitesse se distingue de son aînée par son moteur 6 cylindres. D’abord en 1.6 puis 2 litres, cette mécanique associée au châssis en X de l’Herald donnera plus tard naissance au coupé sportif GT6. Pourtant, c’est bien sous la carrosserie de la Vitesse Convertible que ce moteur trouve sa raison d’exister: Il flatte vos oreilles d’une mélodie ronde et sourde que peu de mécaniques sont capables de distiller.

Malheureusement, ce petit condensé de passion automobile anglaise souffle le chaud et le froid car en série 1 comme en série 2, son regard agressif et ses ailes pointues laissent supposer une performance que les roulettes de 13 pouces se chargent rapidement de réfuter. Son tableau de bord en bois et sa sellerie en simili vous feront attendre des prestations haut de gamme tandis que le niveau de bruit ambiant et les 5 pauvres boutons du tableau de bord vous remettront rapidement les pieds sur terre. En bonne anglaise, elle est totalement inadaptée à un usage hivernal: le moteur Lucas des essuie-glaces vous laissera tomber à la première averse. Capotée, elle maintient vos pieds et vos épaules en contact direct avec les éléments extérieurs. Enfin, ses quatre étroites places vous permettront d’enrhumer en une seule balade la totalité de votre famille tandis que son 6 cylindres en ligne, son essieu brisé et son châssis séparé se chargeront de vous filer la jaunisse.

La Triumph Vitesse Convertible et sa petite soeur la Herald -dont les 4 cylindres suffisent largement aux prestations de la suspension- constituent certainement le choix le plus intelligent et le plus raisonnable pour briller sous les flocons avec moins de 5000 Euros.

La Vitesse bénéficie d’une construction robuste: ne soyez pas trop effrayés par une corrosion importante de la coque. Privilégiez une série 2, reconnaissable aux trois barrettes de sa calandre: la mécanique revue est à la fois plus fiable, plus puissante et plus sobre. Le train arrière des séries 2 est entièrement modifié, leur donnant une tenue de route beaucoup plus prévisible.

.

.

3- Lancia Beta Spider: Dandy prêt à porter

.

Afin de satisfaire les plus gros hipsters amateurs de Nespresso et de Coccinelles rapides, Porsche vient de ressortir la Targa. Ces derniers la qualifient de Mythique. Pourtant il y a une dizaine d’années, avant que la totalité de la production de Stutgart ne devienne plus cotée que l’or brut, la Targa était la 911 du pauvre. Personne ne voulait de cette auto à la ligne abâtardie par les normes sécuritaires américaines.

Et bien profitez de ce revival pour sauter sur une des autos qui a le mieux représenté cette époque de castration: La Lancia Beta Spider. Certes, la Beta est une traction. Mais en raison de sa rareté et de son allure  qui se rapproche d’une Bristol 412 Convertible, elle a toute sa place ici. Sa ligne porte la signature de Pininfarina tandis qu’elle est produite par Zagato, qui va glisser son “Z” jusque dans la moquette du coffre. Aux USA, il donnera même son nom au modèle… Et je vous le demande cher lecteur, quoi de plus classe que de découvrir un petit Z sur le plancher de son coffre à chaque fois que vous y chargez les sacs de 50kgs de croquettes au poulet pour Cointreau, votre adorable Irish Wolfhound…

A l’intérieur, les deux premières séries sont tout bonnement fantastiques: le dessin des sièges est superbe -bien que le dossier soit un peu court- et le tableau de bord amuse tant il hésite entre deux époques: la console centrale en plastique est coiffée d’un étrange tiroir chromé tandis que des boiseries cheap tentent de vous rappeler que vous êtes dans une auto exclusive et non dans une bête berline.

Au volant, les commandes sont précises, la position de conduite est bonne bien qu’un peu courte. La suspension filtre fermement les irrégularités mais l’insonorisation est un peu légère. Disponibles en 1,6 et 1,8 litres, les 4 cylindres sont tristement en ligne, montés transversalement sur l’essieu avant. Si la différence de cylindrée change peu de choses au registre des performances, ces moteurs montent avec allégresse dans les tours en émettant une mélodie sportive. En conclusion, tous les ingrédients au plaisir automobile sont présents dans cette traction. Bientôt, vous en arrivez à regretter tous les préjugés que vous aviez sur la marque: La conduite de la Beta dispense quelque chose de spécial. Un juste mélange de voiture populaire et une incroyable noblesse sous-jacente qui la rend extrêmement attachante. A moins de 7000 Euros, la Beta Spider est un must have.

Choisissez une série 1 ou 2 qui a une ligne plus classique et un intérieur plus typé. Privilégiez une carrosserie saine et un combo de couleurs sympathiques. Comme toutes les anciennes des 70’s, attention à la corrosion!

.

.

2- Reliant Scimitar SS1: Weird wedge

.

“Crouiiic”

En voyant ces photos, vous venez de vous crisper sur votre clavier. Amateurs de 60’s passez votre route, voici la quintessence du kit car british de la fin des années 70. Oui, à côté de cette scimitar, une TR7 parait réussie. Oui, Lada lui a repiqué son tableau de bord pour le mettre dans la Natasha.

Pourquoi donc nous suggérons-vous de poser votre fessier dans cette anguleuse machine?

Tout d’abord, à bien la regarder elle n’est pas si laide, voire plutôt attachante. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Michelotti était inspiré le jour ou il a signé cette ligne très typée. Capot très bas, pare brise droit et haut et ces étranges moulures dans les flancs seront pourtant la conséquence principale de l’insuccès de cette Wedge.

C’est la deuxième bonne raison de revoir votre jugement sur ce cabriolet: La Scimitar est une auto rare. Reliant avait pour projet de prendre la place de la MGB et de la TR7 qui quittaient le marché, en proposant une voiture qui s’inspire techniquement de la Lotus Elan. On y retrouve donc le châssis poutre de l’Elan, mais la carrosserie en fibre de Reliant n’est pas assemblée à la manière des pseudos monocoques d’Ethel. Un complexe amalgame de tubes soutient tant bien que mal un ensemble de panneaux de fibre dont les ajustements seraient capables de déclencher une crise d’hystérie chez les ingénieurs de Traban.

Enfin, sous le capot, Reliant va proposer plusieurs mécaniques. Du 1300 au 1800 cc3, la plupart proviennent de chez Ford et sont à jeter. Par contre, la 1800 TI se trouve assez facilement et est équipée du moteur turbocompressé de la Nissan Silvia. Ses 135 chevaux déplacent les 830 kg de cette cale en fibre de verre avec une fureur que seul un japonais contraint de manger du haggis peut connaître: les 100km/h arrivent en moins de 7 secondes et la barre des 200 km/h n’est qu’une formalité. Comble du bonheur, la suspension indépendante est bien étudiée, permettant ainsi au conducteur de s’éviter des suées à chaque fin de ligne droite.

Aujourd’hui, on trouve des SS1 en 1800 TI, roulantes, à moins de 1000€ sur Ebay.

Privilégiez un modèle post 86, équipé d’un châssis galvanisé. Ils se reconnaissent à leur essuie glace unique. Vérifiez bien l’état des tubes supportant la carrosserie: un bon aspect extérieur n’étant pas forcément synonyme d’un bon état général. Enfin, dépêchez-vous:  Gageons que cette sous côte ne saurait durer: même l’affreuse TR7 peut aujourd’hui aspirer à mieux.

.

.

1- Fiat 850 Sport Spider: Floride italienne

.

 

Ce n’est pas faute d’avoir essayé. Pourtant, le constat est toujours le même: Les petites Fiat mériteraient d’être de bonne voitures mais ne le sont pas. Pour faire simple, tout semble prétentieux et clinquant mais se retrouve être de la bricole fondamentalement mal conçue et mal fabriquée: Essayez de sortir d’une Fiat 124 en vous agrippant sur le haut du volant: il va immédiatement plier sous votre poids…

Mais comme chez tous les constructeurs, il existe des perles rares. Cette 850, avec 500 et 600, fait partie des Fiat bien nées. Dessinée par Giugiaro pour Bertone, qui se chargera aussi de l’assemblage, elle s’écoulera à 125000 exemplaire entre 1965 et 1973. Certains diront de cette auto qu’il s’agit d’une mini Ferrari, d’une supercar abordable. Certes, sa silhouette étrange mais attachante reprend des gimmicks de nombreuses italiennes prestigieuses, de la Ferrari Dino au spider Alfa, mais garde sa propre personnalité. Mais gardons les pieds sur terre, l’aspiration d’une petite auto à ressembler à une moins petite n’en fait pas sa noblesse. Pour nous, définitivement, la Fait 850 Sport Spider est avant tout une Renault Floride réussie.

En dépit de sa petite motorisation de 49 chevaux, de son 0-100 en 16 secondes, les 700kgs de l’auto se révèlent enthousiasmants: ce n’est pas la vitesse qui fait la sportivité. Pour tirer quelque chose de cette mécanique, on est obligé de jouer avec la boite qui n’est pas si imprécise. Les montées en régimes s’expriment alors au moyen d’un échappement court dont la mélodie crépitante devient vite grisante. En virage, la faible vitesse d’entrée, le châssis rigide et la direction assez ferme vous assurent de bonnes sensations sans prise de risque inconsidérée.

La Fiat 850 Sport Spider se vend aujourd’hui entre 3 et 12000€. Cette côte semble stable, mais les petits prix ont tendance à se raréfier…

Vérifiez la corrosion des planchers. Les points particuliers de cette Fiat viennent de la fragilité du masque avant, qui est conçu en une seule pièce et fortement exposé aux chocs de la circulation. Enfin, en raison de la similarité de conception des différents modèles de la gamme Fiat, beaucoup de 850 ont été modifiées avec des éléments d’autres modèles. Aujourd’hui, les pièces d’origine sont devenues rares. Cherchez donc un modèle le plus complet et le plus authentique possible.

.

.

Bien entendu, avant de vous mettre en route, voici les conseils que l’on se doit de donner à tout nouveau conducteur de cabriolet de collection:

– Louez un garage, avec une télécommande de portail si possible:: une capote n’est jamais étanche. Rentrer dans une baignoire chaque matin va considérablement nuire à votre bonne humeur et à l’espérance de vie de votre machine.

– Mettez toutes vos affaires dans le coffre fermé à clé: il n’y a rien de plus facile à cambrioler qu’une décapotable. Si vous ne laissez rien de tentant à l’intérieur, vous gagnerez en tranquillité.

– En cas d’averse, n’hésitez pas à retirer vos moquettes pour les faire sécher. De même, un bon coup de peinture sur les planchers (type Hammerite) avant l’hiver vous assurera une meilleure longévité.

– En général, si vous roulez à plus de 80 km/h, la pluie passe directement au dessus de votre tête. Cela évite le re-capotage sous une averse monstrueuse…

– Un polish fin vient facilement à bout des vitres de capote jaunies…

Liens

Triumph club de france // Petites observation automobiles // Squadra Beta // Honest John Classics

N'hésitez pas à nous laisser un commentaire!