C’est un sport que nous n’avons jamais compris: comment peut-on suer une journée entière sur une frêle monture qui peine à dépasser les 60 à l’heure pour longer les nationales bordées d’un public encasquété prêt à mourir pour attraper une peluche la vache qui rit?

Mais ne vous inquiétez pas cher lecteur. Auto Reverse a décidé de changer la face du monde en ressortant une idée presque aussi vieille que le vélo: Imaginez un instant que les coureurs soient munis de vélos ailés, tentant de prendre de l’altitude à chaque descente de col?

Dès 1885, Dimitru Matache Popescu eu le besoin saugrenu de s’élever au delà des foules déjà bien nombreuses qui encombraient les trottoirs de Titesti, sa ville natale.
.

Il installera des ailes sur son vélocipède et, après quelques morceaux arrachées et quelques côtes cassées, il parviendra finalement à décoller de quelques mètres.

.
Quelques ingénieux reprendront l’idée, en France, en Ecosse, en Italie. Puis en 1912, Peugeot, réputé fabriquant de vélos officialisera le concept en lui donnant un nom, l’aviette, et en organisant un championnat. A la clé 10 000 francs pour le premier à décoller d’un mètre sur une longueur de 10 mètres au minimum. Sur les 198 inscrits pour le concours de juin 1912, seuls 23 se présenteront. Aucun ne réussira. Robert Peugeot décides de modifier les règles du concours et de réorganiser une épreuve en juillet: Il suffira de décoller de 10 cm pour décrocher le prix. C’est Gabriel Poulain qui remportera le prix. En 1924, il réussira même à remporter l’épreuve des dix mètres empochant les 10 000 francs de gains.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.