Montlhéry, le 22 Mars 2014…

Fermé en 2004 suite à la perte de son homologation, c’est toujours un plaisir de revoir prendre vie le mythique autodrome de Linas Montlhéry. Retrouver le son saccadé de sa piste martelée par les pneus d’une centaine de voitures de sport antérieures à 1972, réunies à l’occasion des “Coupes de printemps”.  Cela fait plusieurs années que quelques centaines d’initiés se passent le mot pour participer à un événement des plus prestigieux en automobiles anciennes. Pour ce week end de mars, organisateurs et partenaires ont encore réuni un plateau magnifique. Parmi celles-ci, la Ford GT40 qui tournait déjà à Montlhéry aux mains de Trintignant dans « un homme et une femme », une Porsche 917, enfin, LA 917. Celle de Steve McQueen. Celle-là même qu’on voit, qu’on admire et qu’on entend dans le film « le mans ». J’ai eu la chance de vivre au cœur de cet événement… 

Vous n’êtes peut être pas nombreux à partager la même addiction maladive que moi envers les séries télés surannées et les films désuets. Avouez que se retrouver face aux autos sus-évoquées a de quoi émouvoir le plus blasé des amateurs de voitures. Mais ce n’est pas tout.

Si l’authentique Aston Martin DBS de Brett Sinclair (actuellement en vente) est hors de votre portée, sa sœur jumelle était présente ce 22 mars. Son très sympathique propriétaire a eu la bonne idée de garder des cheveux un peu longs, d’être nanti d’un foulard, et d’une veste en velours. Les lignes atypiques de l’auto ont du être une claque en 1967. Diablement large, agressive à deux doigts d’être massive, elle mérite qu’on s’attarde à  la regarder. Elle parait même presque courte à côté de sa voisine, la Citroën SM.

Cette dernière est semblable à celle de Montand dans « César et Rosalie », et c’est avec elle que j’ai été embarqué pour quelques tours sur l’anneau mythique. Voilà quinze ans que j’en rêvais, et même sur circuit, je ne suis pas déçu. Le V6 est étonnamment rocailleux, et il faut le pousser pour qu’il se mette à vraiment chanter. Ca tombe bien, le propriétaire tire les rapports pour mon plus grand bonheur. Il réussit à parfaitement doser le freinage, normalement si brutal. La direction, une des plus directes qu’il m’ait été donné de voir, semble être un miracle de précision et de légèreté. Les sièges très fermes manquent cruellement de maintien. Mais qu’importe, je préfère glisser sur du cuir qu’adhérer sur du tissu synthétique !

Retour au « driver’s club », ou m’attend la 2CV authentique de « rien que pour vos yeux », avec son moteur de GS et ses impacts de balles ! Une Volvo P1800 blanche qui pourrait être celle du Saint me fait de l’œil. Mais la Ford GT40 se prépare, et son pilote également : Paul Belmondo. Ambassadeur de la noble maison Chapal, il court aux côtés de la 917. Un attroupement se crée, d’autant que la Porsche s’y met aussi. J’essaye tant bien que mal de mettre une GoPro sans qu’elle ne gène son conducteur et le passager, œuvrant lui pour une célèbre chaîne de TV. Le résultat est visible ici,  et je suis sur que vous n’avez jamais vu un aussi bel essuie-glace :

 

Rendez-vous est donné pour l’année prochaine. En espérant qu’Hugo pourra faire le déplacement !

Photographie:  Elvira Vermeulen – Liens: Site des coupes de printemps – La maison Chapal

Une réponse

N'hésitez pas à nous laisser un commentaire!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.