Nowhere cars... - Auto Reverse

Nous sommes en 1997. Le soir. Vous avez récupéré le paquet de dix Chesterfield planqué dans le coffre de votre AX Tonic. Assis sur le capot, vous fumez en écoutant les Stéréophonics sur l’autoradio cassette d’origine, tandis que vos potes tentent d’imaginer la vie 20 ans plus tard…

Tu crois que les mecs collectionneront des AX Tonic?

C’est clair que non quoi! Les voitures des années 80 c’est des grosses daubes en plastique!

Qui aurait bien pu imaginer à l’époque qu’un fabricant d’ordinateurs au bord de la faillite allait devenir la plus grosse société du monde? Que la moustache et la trotti allaient faire leur grand retour tandis que des mecs seraient prêts à lâcher 20 000 € pour une Golf d’occasion.

Entre finir sur le parking de Cora Templemars et casser la baraque chez Artcurial, le destin d’une automobile d’occasion se joue souvent sur l’épaisseur du trait. Il en a été de même dans tous les âges de l’automobile. Les Nowhere Cars s’entassent injustement dans les casses après avoir trop bien accompli leur tâche.

Chers lecteurs, regardons de nouveau vers le passé pour retrouver ces autos qui sont encore trop bien pour être oubliées et peut-être détiendrons-nous le secret du nouveau cool.

Toyota Tercel AL25

Nommée sur certain marché “Sprinter Carib”, la Tercel Break de deuxième génération a été produite entre 1983 et 1986. Uniquement déclinée en break avec un 4 cylindres longitudinal de 1,5 litres et… 70 chevaux, elle utilisait l’essieu arrière rigide de la Toyota Corolla pour obtenir 4 roues motrices et une boite six vitesses avec première extra courte pour tenter de franchir des trucs.

Depuis, elle charrie skis et chaussures de randonnée d’année en année, de père en fils. En dépit d’une totale absence de puissance, la Tercel est fun et indestructible. Légère, plutôt spacieuse (en hauteur), elle vous emmènera dans tous les pires endroits du monde. Dans les épreuves difficiles, elle va beugler, l’embrayage patiner, l’aiguille de température monter trop haut, mais elle franchira les derniers virages vous reliant à la Colmiane. Rare en France, elle ne vaut toutefois guère plus que 1500 euros avec le contrôle technique.

Renault Espace 1

C’était la voiture idéale pour partir en vacances. Diable, qu’elle était véloce, selon votre père elle faisait du “SANSSOISSANTEDISSE DE MOYENNE!” et apparemment c’était bien. Bien mieux en tout cas que tous les gros mots qui sortaient de sa bouche lorsqu’il quittait la voiture et que toute l’électricité statique accumulée par la carrosserie en fibre de verre se déchargeait sur SON doigt. Notre astuce: Restez plutôt à bord et profitez des deux sièges avant qui se retournent pour créer un salon kitsch.

Produite entre 1984 et 1991, la première Renault Espace annonçait l’avènement du Monospace dans les années 90. Avec un 4 cylindres essence de 110 chevaux, elle est équipée de jantes alliage et de rétroviseurs électriques en version TSE. Les Espaces 1 en essence se trouvent aujourd’hui pour environ 500 € avec le contrôle technique.

Fiat Punto Cabrio

Même neuve, la Fiat Punto cabrio était la décapotable la moins chère du marché. Plutôt véloce, bien suspendue, l’agrément de conduite de cette auto était inversement proportionnel à sa beauté: elle était déjà moche à l’époque. De grand flancs plats, de toutes petites roues aux quatre coins et un des tableaux de bord les plus laids de toute l’histoire de l’automobile…

Heureusement, la Punto est plutôt solide, fiable et la version cabriolet ajoute ce petit plaisir de la conduite en plein air. Elle se trouve à partir de 1200 €, malheureusement souvent dans des couleurs criardes.

Renault Twingo

On ne va pas se mentir. A un moment, tout le monde était persuadé que la Twingo était LA voiture à collectionner d’urgence. Tout le monde s’est rué sur les séries limitées de la Twingo et aujourd’hui, elles pourrissent dans nos jardins tandis que des étudiants continuent de les fracasser contre des poubelles à 3 heures du matin. Celles qui ont eu la chance d’être épargnées on finit de cramer leurs couleurs acidulées sous le soleil en pelant comme des lépreuses.

Assis sur les petits fauteuils, entourés de vitres, vous tenez le volant trop horizontal et enchaînez les rapports tandis que le moteur de 4L s’époumone. Elle prend du roulis comme un optimiste et vous, vous vous amusez.

Aujourd’hui, une Twingo tourne autour des 500 €. Attention toutefois, la clé à code fonctionne avec une pile soudée. Une fois la pile HS, le code est oublié et la Twingo ne démarrera plus jamais.

Peugeot 106

Monter dans une 106 c’est déjà partir en voyage. A peine plus grandes qu’un caddie de supermarché, elles ont chargé quatorze fois leurs poids en packs de bière et en surf. Elles ont servi de chambre à coucher et de fumoir. Capables de passer un dos d’âne à 70, la 106 peut se conduire pieds au plancher tant elle est accrochée à la route…

Pourtant, rares sont les 106 qui ont connu une vidange ou une intervention mécanique avant 250 000 kms. Représentant certainement la meilleure Peugeot de tous les temps, elle restera malgré tout à jamais dans l’ombre.

Notre choix: une Phase 2 en série limitée Zen ou Colors, à partir de 1000 € avec un kilométrage raisonnable.

Portant toutes les stigmates de vos frasques passées, il y a un attachement certain à l’objet qui a accompli sa tache avec abnégation. Il n’a guère brillé par son style valorisant ou par sa mécanique grisante, mais il a supporté avec vaillance votre traitement insolent.

La nowhere car est en ce sens un voyage intérieur plus qu’une démonstration. Ne voyez en cette liste qu’une mise en bouche. Chacun a son histoire avec un objet de cette trempe. N’hésitez pas à la partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.