De Genève à Madrid, il y’a maintenant des centaines d’événements autour du monde qui tentent de répliquer la franchise “Burning Man”. A notre goût, le seul qui a disposé d’un cadre aussi prenant est l’Afrika Burn. Lancé en 2007 avec à peine un millier de participants en Afrique du Sud, il compte aujourd’hui 9000 actifs, ce qui est toutefois encore très loin des 68000 participants annuels du Burning Man. L’année 2014 a vu se dérouler le plus gros événement de l’histoire de l’Afrika Burn: 95 œuvres ont été exposées entourées de plus de cent campements à thème. Parmi les plus impressionnants, on notera le stand “Reflexion” représentant un buste d’homme sortant de terre, lequel fut déjà présenté l’année dernière mais qui s’est cette fois retrouvé agrémenté de jeux de lumières la nuit venue. La sculpture principale est un robot portant un masque de lapin à la Donnie Darko, plutôt agressif et très éloigné de l’harmonie poétique des monuments habituels du Burning man.

L’Afrique étant  plus proche que les USA nous avons pu nous permettre d’y envoyer notre blogueur d’élite, Karl Grayson. Equipé du guide de survie officiel de l’Afrika Burn, ( AfrikaBurn_Survival-Guide_2014 ) nous avons rempli le coffre e son Audi A2 de brie et de paquets de Dixie Tomate, puis, confiants, nous l’avons déposé à l’embarcadère de Tunisia Ferries avec une consigne simple: “une fois descendu du Ferry, roule tout droit jusqu’à l’océan”. C’était il y’a quatre mois. Depuis, plus de nouvelles.

Pour comprendre, il faut savoir que traditionnellement Karl se tient éloigné des nouvelles technologies: Sa peur du complot et des écoutes du FBI le pousse à échanger avec ses proches uniquement par des cartes postales glissées sous leurs essuie-glace. Cette technique ayant déjà souvent trouvé ses limites auprès de pervenches trop curieuses à jamais choquées par des images obscènes. Coupé de tout moyen de communication directe, il a tout de même réussi à nous faire parvenir cette photo, qui nous laisse entendre que la consommation de drogues hallucinogènes sur l’Afrika Burn n’était pas un mythe…

dark vador en vacances

SOURCES

French Burners // Site de l’afrika burn // RNW

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.