Si l’on devait s’enticher d’une auto parce qu’elle a tué quelqu’un de connu, presque toute la production sportive des années 50 et 60 y passerait. Seulement voilà, il y’a des gens qui marquent plus que d’autres. Personne, ne m’a jamais dit, lorsque j’étais au volant d’une Facel Vega:
.

“Tiens, c’était la facel de Camus…”*

.
Mais, posez un instant votre séant dans n’importe quelle Porsche des années 50 ou 60 et là, la magie opère: c’est LA porsche de James Dean. Connaissant les circonstances dans lesquelles l’éphèbe a perdu la vie, sachez que pour ma part, j’ai décidé de ne jamais mette les pieds dans une telle auto. Surtout que la légende s’est, avec le temps, chargé de créer un mythe complet autour de celle-ci…

porsche 550 spyder

En 1955, James Dean, en pleine ascension alors qu’il tourne la Fureur de vivre, décide de remplacer sa 356 speedster par une 550 Spyder. Souhaitant la personnaliser pour la différencier de la Porsche du péquin moyen, (sachant que la 550 était une auto de compétition disponible sur demande spéciale en version route, et que 90 seulement ont été produites…), il la confie immédiatement à George Barris pour la customiser. Ce dernier va monter des sièges à motif écossais, peindre deux lignes rouges au-dessus des ailes arrière et placarde le numéro 130 sur les portes, le coffre et le capot. Bill Hickman, un collègue de Dean, va la surnommer “Little Bastard”, ce qui plaît tellement à l’acteur qu’il le fait peindre sur le capot par Dean Jeffries.

En septembre 1955, James rencontre Alec Guinness, qui sera connu pour son rôle de Obi-Wan Kenobi, et déjà sage, ce dernier, en faisant le tour de l’auto, met en garde James sur son côté sinistre:

“Si tu montes dans cette auto, a la même heure la semaine prochaine, tu seras retrouvé mort”

Bingo.

.

La malédiction de Little Bastard commence sept jours plus tard: James Dean meurt au volant de son spyder…

.

wrecked bastard

De nombreuses personnes vont connaître le même sort pour avoir été en contact avec la Porsche:

George Barris, pour commencer, rachète la carcasse de la voiture pour 2500$. En la déchargeant de sa remorque, il glisse et se casse une jambe… Puis, blessé mais néanmoins âpre au gain, il revend les trains roulants de Little Bastard au pilote amateur Troy McHenry. Le moteur part chez un ami de ce dernier: William Eschrid.

Une fois les pièces montées sur leurs deux autos, la malédiction porte ses fruits:

McHenry perd le contrôle de sa voiture pour aller s’écraser dans un arbre et meurt sur le coup.
Un peu plus tard, Eschrid serre son moteur en plein virage, partant dans un enchaînement de tonneaux qui mettra fin à sa carrière sportive…

Barris revendra deux pneus de la voiture de Dean, apparemment neuf. Ils exploseront en même temps, expédiant la voiture et le pilote en dehors de la route.

Deux voleurs vont tenter de s’emparer des pièces de l’auto que Barris continue d’avoir en sa possession. L’un deux va s’ouvrir le bras en tentant de retirer le volant, l’autre se blesse en tentant de retirer les sièges tachés du sang de la star.

Devant tant de drames, Barris décide de cacher la voiture. C’est alors que la police californienne la demande en prêt pour l’exposer dans des manifestations sur la sécurité routière.

Le premier Garage qui présente les restes de la 550 brûle entièrement la nuit suivante. La Porsche est déplacée et dans une université ou elle casse la hanche d’un étudiant qui participe à son déchargement.

Plus tard, elle tuera le conducteur du camion qui la transporte vers une nouvelle exposition, en l’écrasant tandis qu’il est éjecté du véhicule dont il a perdu le contrôle. Deux fois encore, Little Bastard va tomber des véhicules qui tentent de la transporter. Deux fois de plus, elle va causer des accidents graves. La police californienne, lacée, décide alors de la retourner à Georges Barris…

.

Au moment de prendre la route, elle a disparu.

.

En 2005, le musée de l’automobile Volo propose une rançon de 1 million de dollars pour toute personne aidant à retrouver “Little Bastard”. En 2014, ils reçoivent un témoignage qui attirera leur attention:

La personne raconte que lors de ses 6 ans, elle était aux côtés de son père et de ses amis lorsqu’ils ont pris l’épave de Little Bastard et l’ont cachée derrière un faux mur dans le comté de Whatcom, non loin de Washington…

Le témoin est passé au détecteur de mensonges, et tandis qu’il essaie d’être certain de toucher une rançon après avoir dévoilé le pot aux roses, le musée de Volo tente d’obtenir la certitude d’avoir la propriété du tas de ferraille mythique une fois retrouvé…

.

.

.

Post-scriptum

* Ne me jetez pas l’opprobre, je le sais, Albert Camus ne roulait pas en Facel, lorsqu’il est décédé, c’est Michel Gallimard qui pilotait…

Sources: AB7Chicago

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.