260424_morris_falcucciPrestigieuse marque Française, pionnière de l’automobile et de la transmission par arbre, Léon Bollée est spécialisée dans la conception et la fabrication d’automobiles de haut de gamme dans la région du Mans.

Toutefois, en 1922, faute de moyens, la marque, alors en deuil de son créateur, est cédée à l’Anglais Morris, qui fait fortune dans les camions et automobiles populaires outre-manche. A l’instar de l’aventure Matford, Leon Bollée devient un prête nom qui permet à l’anglais de pénétrer le marché Français en contournant les barrières douanières. La réorganisation des usines mancelles par la direction britannique conduira à la présentation en 1925 de la première Morris Léon Bollée: la MLB 12CV, adaptation française de la Morris Cowley.

Assemblée sur un châssis conçu par Léon Bollée, carrossée en France en Coupé, Conduite intérieur ou Torpédo, l’ensemble est léger: à peine 1200 kgs pour ce dernier. Mue par un moderne moteur Hotchkiss AM2 à soupapes en tête de 2.3 litres, équipée en série d’une boite à 4 rapports, la Morris Léon Bollée fait preuve de performances étonnantes pour une voiture de gamme moyenne.

Les journaux de l’époque affirment qu’elle tient volontiers une moyenne de 90 km/h et dispose encore d’une réserve de puissance impressionnante au dessus de 100!

A l’intérieur, la sellerie en cuir et les nombreux équipements tels que le démarreur électrique assurent une facilité de conduite étonnante.

Pourtant, le public Français n’est pas prêt à acheter une automobile étrangère construite en France. En 1928, la production de la MBL cesse. En 1931, Morris cède la marque à un groupe d’investisseurs qui tiendra à peine deux mois en revendant des MLB sous la marque Léon Bollée. La production totale dépasse à peine les 2000 exemplaires.

Historique

Le modèle présenté dans nos pages est une Torpédo de 1925, troisième main, il porte le numéro de châssis 866 et le numéro de moteur 1464. En 2012, cette auto a tourné au cinéma dans le film “La jeune fille et les loups” de Gilles Legrand avec Laeticia Casta, Michel Galabru et Jean Paul Rouve.

La restauration complète date de plus de 5 ans. Depuis, de nombreux travaux mécaniques ont été réalisés pour remettre la voiture en état d’origine: Réfection complète du moteur (Pistons, bielles, coussinets de bielles), réfection de l’exhausteur d’essence, restauration de la magnéto, du démarreur et remise à neuf de la culasse.

Diagnostique

L’auto démarre parfaitement, ne chauffe pas. Les rapports passent bien et le moteur propulse l’auto avec aisance et endurance à sa vitesse de croisière. Enfin, les freins fonctionnent parfaitement.

La carrosserie comporte quelques traces de coups à reprendre: Capot, garde boue arrière droit et tableau arrière. L’aile avant droite comporte un début de déchirure à la courbure haute. Enfin, la peinture présente un bel aspect patiné qui sied à ce genre d’automobiles.

La sellerie est récente, en très bon état. Seul un accroc sur le strapontin gauche est à noter. La capote est d’origine, en très bon état.

Le faisceau électrique est neuf, mais a été refait avec des gaines plastique. Enfin, tous les équipements de l’auto fonctionnent à l’exception du compteur kilométrique.

Parmi les modifications apportées à l’auto nous notons l’ajout d’un système de clignotants. La mascotte de radiateur est manquante, l’emblème Morris Léon Bollée étant contondant il a été retiré dans les années 60 pour mettre l’auto en conformité avec la législation.

Points Positifs

– Automobile roulante et fiable

– Restauration ancienne mais continue

– Belle patine

– Complète

– Automobile peu modifiée

– Carte grise française normale

Points Négatifs

– Présence de légers coups sur la carrosserie

VENDUE

L’auto est visible dans notre dépôt-vente du haut var, exclusivement sur rendez-vous.

N’hésitez pas à nous contacter.